logo-zaino

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Que savez-vous des traditions de Noël en Italie ?

Au Zaino, nous souhaitions vous parler un peu de la manière dont les fêtes se passent en Italie.

Des histoires très ancrées

Traditionnellement les Italiens célèbrent Noël le soir du 24 décembre. Cependant, si vous vous déplacez dans le nord-est de la botte, du côté de Bergame, de Vérone ou encore de Parme, vous verrez que les célébrations débutent dès le 13 décembre, jour de la Sainte-Lucie.  Là-bas, les enfants envoient à Sainte-Lucie et non pas au père Noël, la liste des cadeaux qu’ils souhaiteraient recevoir. Ils prennent bien soin de lui donner quelque chose à manger ainsi qu’à son âne volant pour qu’ils reprennent des forces et puissent distribuer tous les cadeaux. S’ils ne sont pas sages, ils recevront du charbon ! Du côté de Rome, c’est la Befana, sorte de sorcière sympa qui se déplace à l’aide de son balai volant, qui apporte friandises et cadeaux la veille de l’Épiphanie (la nuit entre le 5 et le 6 janvier).

Pour ceux qui célèbrent Noël le 24 décembre, l’ouverture des cadeaux apportés par le Babbo Natale (père Noël) se fera le 25 au matin !

Des coutumes fortes

En Italie, les festivités débutent le 8 décembre. Cette date marque l’immacolata concezione, un jour férié très important au
cours duquel les familles décorent leur sapin de Noël. Très attachés aux différentes traditions catholiques, les italiens décorent la crèche, marqueur fort des festivités, neuf jours avant le 25 décembre, jour qui symbolise la naissance de Jésus, appelé ici Gesu Bambino.
Le 26 décembre fait également l’objet d’une célébration particulière. Le Giorno di Santo Stefano « jour de la Saint-Stéphane » ouvre une nouvelle période de festivités qui se déroulent dans les rues et qui s’achèveront à la Befana (l’Épiphanie), le 6 janvier. Ce n’est qu’à cette date que les décorations de Noël seront rangées dans les cartons jusqu’à l’année suivante.

Des recettes incontournables

Le repas du réveillon, ou la cena della vigilia, se compose essentiellement de poissons, de fruits de mer et de légumes. Exit notre traditionnel chapon et notre indétrônable foie gras ! Pour les fêtes en Italie, il vaut mieux aimer les produits de la mer. La cena della vigilia se compose de nombreux plats qui peuvent différer selon les régions :
La pasta e broccoli in brodo di arzilla à Rome.
Le frittelle di baccalà à Naples.
Le spaghetti con la mollica e le alici en Calabre.
Pour les amateurs de viande, il faut attendre le 25 midi pour déguster des plats à base de viande. Et comme on est en Italie, les pâtes sont à l’honneur. Farcies, en lasagnes, au four… Les recettes sont aussi diverses qu’il existe de familles italiennes ! En Calabre, le dîner du 24 est composé de neuf plats, comme pour les neuf mois qui conduisent à la naissance de l’enfant Jésus. Certains servent même jusqu’à 13 plats, en rappel du nombre des Apôtres.

Des dizaines de desserts

Sur les tables du Piémont et de la Lombardie, en dessert on trouve le panettone bien-sûr, assortit de crème au mascarpone.
En Vénétie, le pandoro supplante le Panettone ; dans le Trentin Haut Adige, ce sera le zelten, un dessert riche en fruits secs.
Dans l’Argentario en Toscane, on sert la pagnotella de Noël, faite de figues séchées, des befanini à Livourne, parfumés au rhum et le célèbre panforte à Sienne, riche en amandes.
A Rome, le pangiallo, à base de miel et de fruits secs.
En calabre c’est la pitta ‘mpigliata, une pâtisserie à base de raisins secs et épices, qui trône sur les tables.

Et que boit-on ?

Chacun privilégie le vin de sa région naturellement. Pour les bulles, on préfère le Spuma Di Mare ou le Franciacorta.
Cin cin et Auguri !

Actus